Jeunes diplômés : le risque d’être « hautement qualifiés, mais mal préparés » en l’absence d’un réseau