Voici les raisons pour lesquelles ces entreprises ontariennes ont rejoint le mouvement en faveur du salaire suffisant